Le marché de la santé / pharmacie

Pour tout savoir sur le marché de l’emballage pharmaceutique, partie intégrante du salon ALL4PACK Paris (novembre 2018 à Paris Nord Villepinte), rendez-vous dans cette rubrique. Vous y trouverez des informations et données sur le secteur (tendances, exposants, chiffres-clés).

CHIFFRES CLÉS

L’industrie de la santé en Europe (Source Efpia : Européan Federation of Pharmaceutical Industries and Associations)

  • C.A 2014 . : 220 milliards €en production
  • environ 1 900 entreprises
  • 707 000 salariés
  • 316, 5 milliards € (solde de la balance commerciale : + 78 milliards €) à l’export

L’industrie de la santé en France (Source Leem : Les entreprises du médicament)

  • C.A. 2014 : 20 milliards € HT en production exprimé en prix fabricant, 52,930 milliards € pour l’ensemble du secteur (fabrication, R&D, commerce)
  • 246 laboratoires fabricants
  • 98 810 emplois pour l’ensemble du secteur
  • 25 milliards € pour le secteur à l’export

CONJONCTURE

Le marché mondial du médicament est estimé (Source : The pharmaceutical industry in figures, Key Data 2015, Efpia) à 865,518 milliards $ HT prix fabricant en 2014. Le marché nord-américain (USA, Canada) est le plus important avec 44,5 % du marché mondial, devant l’Europe (25,3 %), le Japon (8,9 %), l’Afrique, l’Asie et l’Australie (16,6 %). En 2014, et pour la première fois, la Chine occupe la 2ème place mondiale au détriment du Japon.

Le marché mondial pourrait atteindre 1 300 milliards $ en 2018 (Source : The 2015 CMR pharmaceutical R&D factbook, Thomson Reuters). La croissance dans les pays développés est portée par les génériques, dont le marché mondial est évalué en 2013 à 168 milliards $ et atteindrait 283 milliards $ en 2018 (Source : 2015 Global life sciences outlook. Adapting in an era of transformation, Deloitte), et par les biotechnologies. Les médicaments orphelins y constituent un important gisement d’innovation, l’ensemble de la pharmacopée portant la croissance dans les pays émergents.

En Europe, l’industrie pharmaceutique est un des secteurs high-tech les plus performants et constitue un atout clé de l’économie. Néanmoins, le commerce parallèle y était estimé à 5,4 milliards € en 2012, sans que l’organisation de la distribution par les entreprises puisse y apporter de solutions satisfaisantes. C’est une préoccupation essentielle pour les laboratoires. La France est le deuxième marché européen derrière l’Allemagne.

En France, 246 laboratoires fabriquent les médicaments et alimentent 7 grossistes-répartiteurs avec 61,3 % de leur production, 21 915 officines avec 14,9 % de leur production, et 2 694 hôpitaux publics et privés avec 23,8 % de leur production.

Globalement la production de l’industrie pharmaceutique recule (Source : Etudes économiques. Analyses : l’industrie manufacturière en 2014, Direction Générale des Entreprises.) de 3,8 % sur l’année 2014 (contre + 0,6 % 2013 et + 4,3 % en 2012), mais enregistre un rebond spectaculaire avec une croissance de 4,1 % au quatrième trimestre, après le fort recul enregistré depuis la mi-2013. L’industrie pharmaceutique française est confrontée à la tombée de plusieurs brevets.

Le chiffre d’affaires des médicaments -hors produits sous ATU et post-ATU- atteint près de 53 milliards € en 2014. Le C.A. HT en prix fabricant des médicaments en ville s’élève à 20 milliards € (Source : Les entreprises du médicament en France, bilan économique 2015, LEEM.), soit une baisse de - 2,0 % par rapport à 2013 et une troisième année de baisse consécutive.

Le C.A. des médicaments remboursables a baissé de 1,9 % en valeur et de – 0,7 % en volume, tandis que le marché hospitalier progressait de + 3,7 %. Depuis la mise en place en 2004 de plans annuels de baisse des prix, le TCAM du médicament remboursable s’établit à + 6,1 % sur la période 2000-2005, contre 1,5 % entre 2006-2011, et - 2,5 % sur la période 2012-2014.

Les exportations de médicaments, y compris les sérums et vaccins, accusent un repli de -5 % à 25 milliards € (6,6 % des exportations françaises). La baisse des prix français des médicaments, utilisés comme prix de référence dans de nombreux pays, et le développement de la fabrication dans les pays émergents contribuent à ce repli. Le solde de la balance commerciale reste positive à 6 milliards €, mais avec un repli de - 31 % par rapport à 2013.

La France a longtemps été présentée comme le 1er pays consommateur de médicaments mais, avec le poids croissant des médicaments internationalisés dont les conditions de prescription sont voisines, plusieurs études relativisent cette affirmation. Le pays est le leader mondial du vaccin et le 1er acteur européen du médicament vétérinaire.

LES ENJEUX DU SECTEUR LIÉS À L’EMBALLAGE

  • L’opération Pangea menée par Interpol a conduit à la saisie de 20,7 millions de faux médicaments et médicaments illicites pour une valeur estimée à 81 millions $. 550 annonces de produits pharmaceutiques illicites ont été retirées de l’Internet et plus de 2410 sites Web ont été mis hors ligne. Mais la contrefaçon des médicaments est un fléau qui n’utilise pas seulement l’internet comme canal de distribution. C’est pourquoi le règlement européen CE n° 2016/161, modifiant la directive 2001/83/CE, fixe des mesures visant à empêcher l’introduction de médicaments falsifiés dans la chaîne d’approvisionnement.
  • A l’entrée en vigueur du règlement européen 2016/161, le 9 février 2019, les emballages individuels de médicaments devront être munis d’un identifiant de médicament unique(UMI) permettant aux distributeurs, grossistes, pharmaciens et patients de vérifier l’authenticité d’un produit par le biais d’une base de données UMI sécurisée. L’IUM est un code alphanumérique unique sur un support de type code barre 2D Datamatrix.
  • Les dispositifs anti-effraction, qui garantissent que l’emballage n’a pas été préalablement ouvert, doivent être adaptés aux matériaux, process et design des emballages sans nécessiter une nouvelle demande d’AMM. Pattes de verrouillage déchirables, système clipsable ou adhésif, prédécoupes… les systèmes sont variés et parfois élaborés sur mesure pour des solutions inédites.
  • Les médicaments biologiques fabriqués à partir de cellules vivantes sont très sensibles aux variations de température et ont une durée de conservation limitée. Il est nécessaire de les préserver tout au long du cycle de vie avec des emballages isothermes. On annonce même que d’ici à 2020, 8 médicaments sur les 10 les plus vendus dans le monde devront être maintenus entre +2 et +8°C.
  • La lutte contre le gaspillage des médicaments est un objectif prioritaire des autorités de santé. Le National Health Service (NHS) britannique étudie une étiquette où figurerait le prix du médicament s’il est supérieur à 20 livres (28 euros), et la mention « Financé par le contribuable britannique ». En France, l’expérimentation de la vente d’antibiotiques à l’unité a conclu que les conditionnements actuels ne sont pas adaptés. La mauvaise observance de leur traitement par les patients est également cause de gaspillage. En France, le Leem lance un programme de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse (La iatrogénie médicamenteuse désigne les effets indésirables provoqués par les médicaments.). L’emballage apporte des solutions telles les blisters calendriers pour les médicaments destinés à combattre la maladie d’Alzheimer. A suivre : les comprimés fabriqués par impression 3 D associant des principes actifs à des posologies et vitesses de libération définies pour des traitements personnalisés.
  • Petit à petit, l’individu devient acteur de sa santé. Et surtout, de simples composants soumis à réglementation et tests de compatibilité, les emballages pharmaceutiques devenus connectés comme moyens d’aide et de contrôle de l’observance, sont en passe de modifier le paradigme du médicament centré auparavant sur la molécule pour l’orienter vers le patient. La santé est en ligne grâce au packaging !
  • Sécurité et facilité d’usage restent également des thèmes forts. Que l’on parle de collyre, de stylo injecteur pour insuline, d’inhalateur pour combattre l’asthme, ou de chimiothérapie orale ambulatoire ; l’objectif des emballages est de dédramatiser les gestes et de favoriser l’observance thérapeutique.
  • Enfin en parapharmacie, les couleurs des emballages s’affirment pour segmenter l’offre, les PLV animent les linéaires et les distributeurs automatiques peuvent contenir jusqu’à 700 références avec tout type d’emballage.

PARMI LES EXPOSANTS DU SECTEUR SANTÉ / PHARMACIE : 

ALC Equipements Industriels / DARRØN / ELIZABETH EUROPE / ERGOFRANCE / FETTE COMPACTING ET UHLMANN FRANCE / Groninger & Co. GmbH / IMA / KEYSER & MACKAY / Marchesini Group Spa / MEDELPHARM / MG2 / MPA TECHNICAL DEVICES / O.M.A.R. S.r.l. Pharmaceutical Blister Solution / OMAG / PACK & PROPER CO., LTD. / PACKFEEDER / PGF PARTNER / PHARM-ALLIANCE / ROMACO FRANCE / SARONG / Sogeva / STRIPFOIL Deblistering Technology / UNISTA / WATSON MARLOW. Liste arrêtée au 12/06/2018

Source : Annette Freidinger-Legay, expert international en emballage et conditionnement et consultante pour le salon ALL4PACK Paris

publicité
Rejoignez la communauté
ALL4PACK Paris !

Suivez-Nous sur les
réseaux sociaux