#Packaging

3 questions à Véronique Sestrières, directrice du salon ALL4PACK

Publié le - mis à jour le

3 questions à Véronique SESTRIERES, pour mieux comprendre en quoi l’emballage est primordial dans la chaîne de valeur de l’agro-alimentaire et comment grâce à l’industrie 4.0, celui-ci répond aux nombreux challenges à relever.

Q1 : Vous parlez d’emballage 4.0, pouvez-vous nous préciser cette expression ?

L’Industrie 4.0 est connectée via une multitude d’acteurs.

Le cycle de vie de l’emballage s’inscrit dans des filières multiples et complexes, du producteur de matières 1res au consommateur, en passant par les industries de transformation telles que les fabricants d’emballage de matériaux divers destinés à des secteurs utilisateurs que sont les industries agro-alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques … L’emballage est un outil au service de ces acteurs, et à l’interface de nombreux métiers dont l’objectif est de satisfaire les attentes multiples.

Pour gagner du temps et de l’efficacité : les protocoles de création des packagings se sont numérisés (logiciels, prototypage 3D), les opérations d’impression se sont également numérisées. Les machines d’emballage et de conditionnement sont devenues communicantes pour un pilotage autonome (servomoteurs, changements d’outillage et réglages automatiques).

Un nouveau pas est franchi avec les matériaux intelligents sur les lignes de conditionnement qui servent de capteurs et transmettent des données en temps réel. Les lignes de conditionnement polyvalentes s’adaptent automatiquement au couple produit/emballage en détectant celui-ci.

Les QR codes et  la réalité augmentée projettent l’emballage dans l’Internet des Objets.

Voici quelques exemples qui mettent bien en avant le caractère 4.0 de l’emballage d’aujourd’hui. Connectivité, digitalisation, robotique, intelligence artificielle prédictive, réalité virtuelle, toutes ces nouvelles technologies se développent chez les professionnels de l’emballage pour conserver l’excellence du secteur en termes d’innovation.

Q2 : L’emballage 4.0 est donc un accélérateur d’innovation ?

Oui tout à fait. Parmi les challenges que les IAA doivent relever, figurent notamment l’évolution des modes de distribution et la customisation de masse.

L’Emballage 4.0 y répond :

  • En termes de Packaging : il s’agit d’aboutir le plus rapidement possible - grâce à des logiciels qui centralisent les contraintes (techniques, réglementaires et marketing)- l’innovation la plus pertinente et au moindre coût puisque l’on peut faire tester virtuellement l’emballage sur les lieux de vente sans faire de préséries ;
  • En termes de Processing : la simulation des procédés puis l’interconnexion des équipements, technologies et services, rendent les lignes de conditionnement capables de s’autogérer pour améliorer rendement, qualité et sécurité. Au-delà de la flexibilité, les machines contribuent à la mise en œuvre plus rapide de l’innovation avec des ROI optimisés.
  • Plus palpable par le consommateur puisqu’aboutissant à des décors nouveaux, spectaculaires et personnalisés, l’impression numérique (Printing) a rendu l’emballage connecté à Internet par les QR codes, soit pour commander les produits, soit même pour interagir avec les marques dans la co-conception de packagings.  Sans oublier la sérialisation des emballages pharmaceutiques pour lutter contre la contrefaçon ou celles des bouteilles de champagne pour lutter contre les marchés parallèles.
  • Enfin, dans la fin de ligne, l’Emballage 4.0 démontre qu’il est non seulement accélérateur d’innovation mais qu’il est également durable. En améliorant les conditions de travail, en réduisant la pénibilité des tâches, les équipements de fin de ligne (Handling) de l’Emballage 4.0 prennent en considération une dimension sociale. La dimension écologique est un prérequis pour l’éco-conception des emballages 4.0, tandis que la dimension sociétale s’affirme par une plus grande responsabilité des entreprises au travers de cette évolution technologique et de cette ouverture sur un monde plus collaboratif.

Je dirais donc que non seulement l’Emballage 4.0 est un accélérateur d’innovation qui respecte les fonctions attendues tout au long des chaines de valeurs, mais qu’il est également durable ;  que l’on parle de Packaging, Processing, Printing ou Handling.

Q3 : ALL4PACK Paris aura lieu du 26 au 29 novembre 2018, à Paris Nord Villepinte, quelle place allez-vous accorder à l’Industrie 4.0  et comment sera-t-elle présente sur  le salon ?

L’ère actuelle est clairement celles des nouvelles technologies. Elles se déploient au cœur de l’outil de production des entreprises et se retrouvent à tous les maillons de la supply-chain. L’Industrie 4.0, en référence à la connectivité et à la digitalisation, et l’usine du futur, téléguidée par la robotique, l’intelligence artificielle prédictive, la réalité virtuelle sont tant de sujets qui seront, de fait, au cœur des débats d’ALL4PACK Paris 2018 et occuperont une place prépondérante sur les stands des exposants.

ALL4PACK Paris est un salon business très qualitatif, principalement fréquenté par des décideurs et top buyers de la zone EMEA, aux capacités d’investissement en hausse d’année en année. Les nouvelles opportunités de production qu’offre l’industrie 4.0 sont parmi leurs objectifs prioritaires d’investissement. Notre rôle en tant que place de marché est de faciliter leur sourcing exigeant. En 2016 , plus de 70% d’entre eux ont trouvé ce qu’ils cherchaient lors de leur visite, un objectif qualitatif que nous allons dépasser en 2018 !

Téléchargez le communiqué de presse