#Handling

De la dématérialisation de la vente à la chaine logistique : conséquences pour l’emballage

L’édition 2013 de L’OBSERVATOIRE de L’EMBALLAGE créé par le SALON INTERNATIONAL EMBALLAGE montre que 53% des fabricants d’emballage misent sur les investissements et la R&D comme deuxième levier de développement, après l’extension sur de nouveaux marchés (71%). 

Observatoire de l'emballage

Investissements dans la R&D et l’innovation au programme pour 53% des fabricants d’emballage et pour 65% des équipementiers. 30% des acheteurs d’emballage misent sur l’évolution des modes de vie et de consommation comme facteur d’évolution des emballages. 21% des acheteurs misent sur les évolutions des modes de distribution. 

LA DÉMATERIALISATION DE LA VENTE, UNE ÉTAPE OBLIGÉE 

Le commerce électronique 

« Le client-roi, c’est toujours vrai, même à l’ère du « consommateur connecté » ». Les Français sont 80% à avoir accès à Internet, 50% à pratiquer l’Internet mobile, et passent plus de 4 heures par jour sur ce média dont 1 heure grâce à des appareils mobiles. 

Le concept du Drive

Les hypermarchés concurrencés aujourd’hui par la vente de proximité et par le web relèvent le défi du drive et celui de l’intégration des multicanaux physiques et digitaux. Dans une publication basée sur un panel de 988 drives de Grandes Surfaces Alimentaires (GSA) en décembre 2013, IRI2 rappelle que ce nombre était, à périmètre égal, de 312 en janvier 2012, soit un rythme moyen d’ouverture de 30 drives par mois. Le CA (2 039 millions €) et la part de marché du drive GSA (2,18% en 2013 contre 1,44% en 2012) ont quasiment doublé sur cette période, même si les ventes moyennes par semaine sont négativement impactées en période estivale.

Une réconciliation entres magasins physiques et e-commerce

Casse-tête donc pour répondre aux attentes d’une multitude de « rois » différents les uns des autres, alors qu’en final « il n’existe qu’un seul client se déplaçant parfois en magasin et d’autres fois sur Internet » ! L’agence FULLSIX constate ainsi qu’en moyenne 10 % des internautes achètent en ligne mais que 40 % se transforment en acheteurs en points de vente physiques ! 

POINTS DE VUE D’EXPERTS SUR LA LOGISTIQUE DE LA DISTRIBUTION DANS L’EMBALLAGE

Les challenges sont donc nombreux pour l’emballage face aux mutations de la distribution et de la logistique. Ils ont particulièrement interpellé les membres du Comité PACKS EXPERTS 2014 créé par EMBALLAGE. Du rôle d’incitateur à l’acte d’achat de l’emballage primaire sur un linéaire à celui de l’emballage d’expédition en B to C pour l’emballage de regroupement ; les formes et fonctions des emballages sont à mixer. « L’emballage doit permettre de rester en proximité avec la marque » énonce Sandrine SOMMER, Directrice Développement Durable, GUERLAIN

TELECHARGEZ LA FICHE COMPLÈTE SUR LE DECRYPTAGE DE LA DEMATERIALISATION DE LA VENTE

En direct du salon #all4pack2016

Twitter
VIDEOS ALL4PACK