Résultats exclusifs du grand sondage européen mené par le salon ALL4PACK Paris et réalisé par l’ObSoCo

Publié le par Jennifer ABIJABER - mis à jour le

À 4 mois de l’ouverture, le salon ALL4PACK Paris 2016 – salon international de référence sur la zone EMEA sur les marchés de l’emballage et de l’intralogistique – dévoile les résultats d’un sondage exclusif sur « l’expérience emballage » des consommateurs européens.

Réalisé avec l’appui de l’ObSoCo[1], dans quatre pays (Allemagne, Espagne, France  et Italie), ce sondage révèle notamment que les attentes en termes d’emballage, que ce soit au niveau de la forme, de l’impact émotionnel qu’ils génèrent ou encore des informations qu’ils transmettent, divergent en fonction des pays interrogés.

Autre enseignement : un effet de génération semble également influencer le rapport à l’emballage des consommateurs, en particulier en ce qui concerne l’innovation et la réduction de l’impact environnemental.

[1] Créé en 2011 par Robert Rochefort, Philippe Moati et Nathalie Damery, l’Observatoire Société et Consommation (L’ObSoCo) est une société d’études et de conseil en stratégie. 

DES ATTENTES SPÉCIFIQUES SELON LES PAYS

Si une forme de consensus apparait sur certains points abordés, le sondage met en évidence l’influence des spécificités culturelles dans les résultats recueillis. On observe ainsi une certaine divergence entre les Français et les Allemands d’une part, qui semblent privilégier une approche fonctionnelle de l’emballage, et les Italiens et les Espagnols d’autre part, plus sensibles à l’esthétique et aux aspects émotionnels.

Un emballage « utile » pour les Français et « eco-friendly » pour les Allemands

Le sondage révèle que, même si les Français sont les plus sceptiques vis-à-vis des innovations et de « l’expérience » de l’emballage, ils sont au contraire plus nombreux à y voir une source d’informations utiles, leur permettant d’acheter la juste dose. Les Français ont une approche essentiellement « utilitariste » de l’emballage, dans laquelle la dimension économique est un paramètre important.

  • Ainsi, 32% des Français voient l’emballage principalement comme « une source d’information sur les produits ».
  • Pour 18% d’entre eux, l’emballage permet « d’acheter la juste dose ». 

Côté Allemands, ils sont plus nombreux à privilégier un emballage réduisant l’impact environnemental, que cela passe par un emballage léger permettant de réduire les volumes de déchets ou un emballage auquel il est possible de donner une seconde vie. D’après les données récoltées, les Allemands paraissent les plus sensibles à l’impact environnemental, que ce soit dans leur conception et leur recyclage.

  • Ainsi, 33% des Allemands privilégient un « emballage léger » qui, dans le cadre spécifique du e-commerce, réduit les volumes des déchets.
  • Pour 29% d’entre eux, l’emballage doit être « recyclable » ou « réutilisable »

Un emballage « aspirationnel » pour les Italiens et les Espagnols

Les Italiens et Espagnols sont bien plus sensibles que les Français et Allemands aux « expériences » offertes par certains emballages. De manière générale, ils sont plus optimistes en ce qui concerne l’innovation et le développement d’emballages connectés et personnalisés qui représentent un « véritable progrès » pour plus des deux tiers d’entre eux.

  • Pour 75% des Espagnols et 66% des Italiens, l’emballage connecté constitue un « véritable progrès ».
  • Sur une échelle de 0 à 10, les Espagnols accordent 6,5 points à l’effet « waouh » que procure un emballage personnalisé, 5,1 pour les Italiens. À noter que l’appréciation moyenne de l’effet « waouh » des emballages de l’ensemble des répondants est de 4,8 seulement.

UN EMBALLAGE « IDÉAL » PAR GENERATION

Un effet de génération semble également influencer le rapport à l’emballage des consommateurs, en particulier en ce qui concerne l’innovation et la réduction de l’impact environnemental. Deux catégories générationnellesrevendiquent, à travers ce sondage, des attentes spécifiques.

Un emballage « léger et connecté » pour les 18-24 ans

Dans les quatre pays interrogés, les répondants les plus jeunessont, sans surprise, les plus enthousiastes vis-à-vis des emballages connectés, qui représentent pour eux une source de « progrès » tant en termes de santé et de sécurité des produits que de réduction de l’impact environnemental des emballages. Cette partie de la population représente un segment pour qui innover dans le domaine de l’emballage est essentiel !

  • 71% des 18-24 ans estiment que les emballages connectés représentent un « véritable progrès » (vs. 57% sur l’ensemble de l’échantillon).
  • 36% des 18-24 ans privilégient, dans le cadre du e-commerce, un emballage « léger qui réduit les volumes de déchets liés à l’emballage » (vs. 28% sur l’ensemble de l’échantillon).

Un emballage « solide et réutilisable » pour les 55-70 ans

Les répondants les plus âgés sont, quant à eux, plutôt adeptes des emballages qui garantissent la protection des produits, puisque c’est la fonction principale citée par plus des deux tiers d’entre eux. Par ailleurs, ils sont aussi les plus nombreux à privilégier un emballage qu’il est possible de réutiliser ou de recycler, dans le cadre du e-commerce. L’emballage idéal de cette génération semble donc correspondre à un emballage durable, fabriqué à partir de matériaux garantissant solidité et protection du contenu et qu’il est possible de réutiliser ou de recycler en fin de vie.

  • 37% des 55-70 ans estiment que l’emballage est avant tout « une garantie de protection des produits ».
  • 32% des 55-70 ans privilégient, dans le cadre du e-commerce, un emballage « qu’il est possible de réutiliser ou de recycler ».

Téléchargez le communiqué de presse

En direct du salon #all4pack2016

Twitter
VIDEOS ALL4PACK