Quels sont les enjeux du recyclage du plastique et quelles sont les solutions à mettre en place ?

L’un des nombreux chantiers de l’Union Européenne est de produire des réglementations homogènes en matière de recyclage du plastique, telles que le paquet économie circulaire ou la directive plastique à usage unique. L’objectif de cette conférence ALL4PACK Paris de novembre 2018 est d’en exposer les enjeux.

En quoi est-il nécessaire d’homogénéiser les réglementations ?

Les emballages plastiques et souples constitueront le point central de la loi économie circulaire à venir. Cette loi portera notamment sur le « single use plastic » : le plastique à usage unique. À titre d’exemple, l’une des mesures développées par ce texte vise les bouteilles, dont les bouchons ne pourront plus être détachables afin de limiter la dissémination du plastique dans l’environnement. Ce texte a donc pour vocation d’impacter tous les citoyens de manière très immédiate.

En France, le Conseil National de l’Emballage (CNE) promeut l’amélioration des réglementations à l’échelle européenne. Selon Michel Fontaine, président du CNE, la majorité des citoyens souhaite limiter son impact sur l’environnement et procéder au recyclage du plastique. Les Français ont également d’autres préoccupations plus immédiates, à savoir leur propre bien-être.

La société CITEO a en charge la responsabilité élargie des producteurs dans la filière des emballages et des papiers graphiques. Il s’agit d’une démarche collective faisant appel à 30 000 entreprises qui contribuent à la bonne gestion de leurs déchets. CITEO intervient auprès de l’ensemble des collectivités territoriales françaises.

Cela a permis de passer en 25 ans d’un taux de recyclage de 18% à un taux de 68% (sur les 5 millions de tonnes de déchets ménagers produits en France, 3 millions sont récupérés pour être recyclés, et ce sans compter la valorisation énergétique). Cette démarche a également permis de mettre en place une industrie du recyclage de plastique qui n’existait pas initialement.

Le secteur de l’emballage et du recyclage du plastique évolue constamment. Les acteurs doivent composer avec la mauvaise image du plastique en raison de son impact sur l’environnement et tenter de réduire les quantités d’emballage. La loi économie circulaire est un bon exemple de la nécessité européenne de réformer tout le système afin de mettre en place de nouvelles réglementations et de transformer les pratiques du secteur.

Il est possible d’utiliser des matériaux recyclés pour fabriquer de nouveaux emballages. Cette incorporation de matière recyclée doit être comprise et acceptée par le consommateur, tout en ayant un sens économique.


Quid des challenges opérationnels ?

Le recyclage du plastique impose un certain nombre de challenges opérationnels. Les intervenants de la conférence en fournissent des exemples concrets.

L’exemple du groupe PACCOR

Le groupe PACCOR s’est spécialisé dans le packaging pour le secteur laitier. En moins de 10 ans, la société est passée de manière volontariste du polystyrène au PET transparent. Elle n’a donc pas attendu la contrainte législative réglementaire pour orienter ses clients vers des matériaux pouvant être recyclés. Quatre objectifs ont été fixés par le groupe PACCOR afin d'écoconcevoir ses produits :

  • Rendre le produit recyclable dans son propre flux de production.
  • Faire de lui un « mono-produit ».
  • Lors de l’opération de recyclage du plastique et de reconstitution d’emballage, n’ajouter aucun additif ni opacifiant.
  • Intégrer sa recyclabilité dans un cadre d’économie circulaire.

Le cas du groupe BEL

Le groupe BEL est le leader mondial du snacking sain. Il commercialise des produits tels que Mini-Babibel ou Leerdammer. Indépendamment des réglementations et de la pression des clients, le groupe a décidé d’avancer de manière unilatérale en commençant avec la commercialisation de lait sans OGM, et ce sans regarder les prix.

Le projet de modification de l’emballage des produits du groupe a commencé il y a 7 ans. Il s’agissait de concevoir l’opercule et la barquette en mono-matériau, car dès lors qu’un emballage comporte deux matériaux différents, il ne peut plus être recyclé. Par ailleurs, 24% de PET recyclé a été ajouté dans la barquette.

Le travail mené par CITEO

Pour Carlos de Los Llanos, « le recyclage du plastique est un fait de société majeur à côté duquel on ne peut pas passer. [...] Aujourd'hui, nous avons un enjeu considérable de bonne gestion des déchets d'emballages plastiques et nous nous y attelons chez CITEO. »

La société CITEO travaille depuis plusieurs années avec les metteurs en marché et les recycleurs pour développer des emballages recyclables. L’extension des consignes de tri concerne la simplification du geste de tri pour tous les consommateurs et la croissance du taux de recyclage. Ce programme cherche à prendre appui sur la motivation du consommateur.

Si l’on souhaite obtenir un recyclage du plastique à la fois circulaire et vertueux, il importe d’engager toute la chaîne de production, mais aussi le consommateur. Il faut également moderniser les centres de tri et développer des capacités de recyclage supplémentaires pour accueillir les 150 à 200 mille tonnes supplémentaires de plastique à recycler par an, en raison de cette extension.

Quelle est la responsabilité du consommateur et des industriels ?

Même si les industriels concevaient des emballages entièrement recyclables, ce serait en vain si les consommateurs ne les jetaient pas au bon endroit. Il faut donc les inciter à trier et mettre en place des dispositifs tels que la consigne qui permet d’atteindre des taux de retour élevés. Le consommateur peut ainsi récupérer un peu d’argent, mais il est difficile d’introduire ce système pour un type d’emballage en particulier, sans déséquilibrer toute la filière.

Il existe un mouvement d’innovation dans l’industrie du recyclage du plastique, notamment avec l’introduction des nouvelles technologies chimiques qui s’accompagnent de nouveaux acteurs et permettent de penser l’emballage du futur. Ces nouveaux acteurs sont les producteurs de polymères eux-mêmes qui apportent au secteur leurs connaissances avancées des matériaux utilisés.

Par exemple, pour le polystyrène, CITEO, Danone et Syndifrais collaborent avec le groupe Total pour mettre en place une filière de recyclage du polystyrène en faisant appel aux procédés chimiques. Il existe donc des solutions et le secteur du recyclage du plastique est aujourd’hui en plein essor.

Intervenants