L'Observatoire ALL4PACK 2016

Publié le par Jennifer ABIJABER - mis à jour le

Découvrez les résultats de l'Observatoire ALL4PACK 2016.

E-commerce, smart packaging et industrie 4.0 : le futur c'est maintenant

LES CLIGNOTANTS RESTENT AU VERT POUR LA 3EME ANNEE 

Pour la 3ème année consécutive, les perspectives de production sont à la hausse pour les marques acheteuses d’emballages et les fabricants d’emballages. Les premières sont confiantes à 70% dans une évolution stable ou en baisse des prix des emballages. Les seconds envisagent à 85 % une évolution stable ou en hausse de leur marge d’exploitation. Perspective partagée par 86% des  équipementiers qui, bien qu’ayant moins de visibilité sur leur future production, espèrent beaucoup des exportations vers le continent nord-américain.

Le marché le plus enthousiaste reste le e-commerce et la distribution tandis que le secteur du luxe affiche un recul peu habituel face à des changements dits « historiques ».

LE DESIGN GLOBAL POUR MAITRISER COUT DE REVIENT, PERFORMANCES ET RECYCLABILITE

L’emballage impactant la vente de leurs produits dans 75% des cas, les marques sont 64% à « plancher » sur des projets packaging et 50% visent l’échéance 2017.

Toutes s’appuient sur des facteurs d’évolution qui sous-tendent la dynamique d’innovation au 1er rang desquels figure immuablement la réduction des coûts pour 59% d’entre elles. Autre facteur d’évolution, la recyclabilité/le recyclage des matériaux supplante cette année réglementations et mises aux normes. La lutte contre le gaspillage progresse de la 8ème à la 4ème place, l’éco-conception et le développement durable restant des constantes « plutôt » importantes pour 53 % des marques/acheteurs. Côté fabricants ; le palmarès de tête place dans l’ordre la réduction des coûts, la recyclabilité/le recyclage et la réduction à la source/l’éco-conception des emballages.

Ainsi, le design général de l’emballage prend toutes ses lettres de noblesse et devient cette année le 1er levier d’innovation pour 51% de tous les acheteurs devant la praticité/la fonctionnalité d’usage. La recyclabilité des matériaux reste le troisième levier. Au niveau sectoriel : la beauté privilégie la personnalisation des emballages à leur praticité alors que la santé mise sur les fonctions de protection, comme les biens d’équipement et intermédiaires. L’e-commerce et la distribution s’appuient davantage sur les matériaux comme leviers d’innovation.

Entre facteurs d’évolution et leviers d’innovation : un nouvel emballage est de toutes façons sélectionné pour son coût de revient par rapport au produit et process et -à égalité- pour ses qualités et performances.

E-COMMERCE, « MADE IN FRANCE »,  SUPPLY CHAIN MANAGEMENT : L’EMBALLAGE ANCRE SES NOUVEAUX FONDEMENTS

Parmi ses atouts : 82 % des acheteurs d’emballage encouragent le label « Made In France » pour les emballages (42% se fournissent en France) et 73 % le font pour les machines (+13 points versus 2015).

Phénomène plus lent : l’achat de matériaux bio-sourcés ne concerne toujours qu’une faible partie des acheteurs (18%).

L’emballage d’expédition retournable est une alternative utilisée ou envisagée par 49% des marques pour livrer les distributeurs et 42 % (idem 2015) envisagent ou demandent à leurs fournisseurs de livrer leurs produits dans ce type d’emballage.

Le développement du e-commerce conduit les marques dans 41 % des cas à modifier l’emballage d’expédition de leurs produits vendus sur le web et 30% ont opéré des modifications sur l’emballage primaire. En amont: 53% des fabricants répondent à ces demandes en proposant des emballages individuels sur mesure et pour 47% de nouveaux emballages rigides.

Les fabricants sont toujours aussi nombreux (50%) à développer leurs prestations pour une gestion des stocks de leurs clients et sont un peu plus nombreux (+ 4 points vs 2015) à intégrer des problématiques spécifiques de transport.

Les prestations des équipementiers évoluent vers encore plus de maintenance : préventive pour 87% (vs 83% en 2015), curative (+13 points vs 2015) et à distance pour 69% d’entre eux. 77% des équipementiers évoluent également vers un service « d’upgrade » du matériel.

LES EMBALLAGES ACTIFS, CONNECTES ET INTELLIGENTS DOIVENT FAIRE LEUR CHEMIN

Parmi les acheteurs concernés, 42% allouent ou vont allouer des moyens spécifiques au développement d’emballages connectés/intelligents. 53% font de même chez les fabricants concernés alors que 57%  des équipementiers se déclarent non concernés.

Le développement d’emballages actifs mobilise et va mobiliser des moyens spécifiques chez 39% des acheteurs concernés. Ce sera également le cas pour 39% des fabricants.

Fabricants et acheteurs pensent plus que majoritairement que les emballages connectés/intelligents sont un véritable progrès pour améliorer la sécurité des produits. Message pas encore perçu par les 43% de consommateurs français sondés par All4pack grâce à l’Obsoco qui pensent que ces emballages sont intéressants mais que leur utilité reste à démontrer.

Etude réalisée pour le Salon ALL4PACK Paris- Groupe Comexposium par Goudlink/MRCC

Synthèse réalisée par Annette FREIDINGER-LEGAY - Expert international en emballage et conditionnement

Consultez la synthèse des résultats de l'observatoire

Complétez ce formulaire pour recevoir les résultats détaillés

En direct du salon #all4pack2016

Twitter
VIDEOS ALL4PACK